Entraîneur d'un jour | une activité spéciale organisée au Bas Saint-Laurent

 
Une initiative du président de la région du Bas Saint-Laurent, Luc Jobin, a permis à Laurent Robichaud de devenir entraîneur d'un jour avec les Riverains 17U du Bas Saint-Laurent.
 
Le programme entraîneur-entraîneuse d'un jour s'adresse aux entraîneurs et entraîneures ayant un peu d'expérience et qui souhaiteraient pouvoir vivre une immersion "d'une journée" lors d'un match local (à Rivière-du-Loup) au sein du personnel d'entraîneurs des Riverains du Bas-St-Laurent 17U AAA.  
 
Éric Rousseau, entraîneur-chef, et ses adjoints partageront avec la personne choisie leur expérience tout au long de l'échauffement d'avant-match, de la pratique au bâton et durant le ou les matchs (si programme double). Plusieurs tâches pourraient aussi être assignées.
 
Le choix des deux personnes sélectionnées se fera au hasard. Le processus pour cibler une date se fera de concert entre les personnes choisies et l'entraîneur-chef Éric Rousseau. Pour vous donner un avant-goût, voici le lien pour le calendrier de l'équipe des Riverains : https://gc.com/t/summer-2022/riverains-du-bas-st-laurent-17u-6272c40f16b2779e1228b83b/schedule/games
 

VOICI LES COMMENTAIRE DE L'ENTRAÎNEUR D'UN JOUR

L’avant-match

Le weekend dernier j’ai eu la chance d’être invité par l’équipe des Riverains 17U AAA lors d’un programme double contre l’équipe de la Mauricie. Ce fut une expérience énormément enrichissante. Dès mon arrivée, les entraîneurs ont pris le temps de me présenter le déroulement de la journée, ainsi que de me mettre au courant de certaines règles concernant le partage du terrain pour les pratiques d’avant-match de chacune des équipes. Une fois l’ensemble des joueurs sur le terrain, l’entraîneur en chef à expliquer le plan de pratique à l’ensemble des joueurs avant que les joueurs ne procèdent à leur activation et leur échauffement des bras de manière complètement autonome. 

Une fois cela fait, chacun des joueurs s’est dirigé rapidement vers l'activité lui étant assigné. Il y avait un groupe dans la cage de frappeur avec un entraîneur, pendant que l'entraîneur en chef animait un live BP. Les joueurs d’avant champ et de champ extérieur profitent des balles frappées pour pratiquer leur jeu. Personne sur le terrain ne se tournait les pouces, on m’a même confié le rôle de frapper des ballons et des roulants aux joueurs inoccupés entre les frappes. L’utilisation du terrain était à son maximum, l’utilisation d’écrans de protection permettant la multiplication des activités en toute sécurité.

Après que l’ensemble de l’équipe ait passé au bâton, l’équipe a procédé à ce qu’elle appelle un « in and out ». Deux entraîneurs au bâton frappent des ballons au champ gauche et au champ droit simultanément. Les joueurs de champ doivent rapporter la balle au 3e but et 2e but respectivement via les intercepteurs ou directement aux joueurs positionnés aux buts pour faire un tag. Pendant ce temps, un entraîneur s’affaire à simuler des amortis ou des balles échappées pour les receveurs, ceux-ci doivent rapidement l'envoyer au 1er but en appelant « in » ou « out » pour signifier au joueur de 1er but où se positionner. 

Pour terminer l'entraînement, j’ai été agréablement surpris qu’ils aient fait la même routine pour sortir du terrain que celle que nous avions adoptée l’an passé avec nos 13U A. À l’exception que la séance se termine avec des B2, terme que j’ai appris signifiant ballon au receveur. J’imagine que c’est le terme qui est mis sur la feuille de pointage lors d’un tel retrait. Je me suis rendu compte que maîtriser le fungo était un art, et que je devais grandement m’améliorer. 

La pause

S’en est suivie une pause d’une heure pour l’équipe locale, permettant à l’adversaire, qui vient d’arriver en autobus d’un trajet de plus de 3 heures, de procéder à son échauffement avec le terrain en entier. L’équipe visiteuse doit avoir les mêmes privilèges que l’équipe locale, c’est une des premières règles que j’ai apprise lors de ce stage.  

Lors de cet intermède, l’équipe d'entraîneurs en profite pour relaxer, échanger sur l’état des effectifs afin de décider de l’alignement de départ et de l’ordre des frappeurs. Une des différences marquantes avec les niveaux récréatifs est sans contredit l’alignement à 9 joueurs. L’équipe des Riverains mise sur la polyvalence de ses joueurs, faisant en sorte qu’il est plus facile d’interchanger des joueurs lors de changements ou rotation en cours de partie. La presque totalité des joueurs peuvent lancer avec assurance, ce qui est un avantage clé pour les entraîneurs. Certains se sont même inscrits uniquement pour lancer, ce qui m’a surpris un peu au début, mais à ce niveau cela ne peut qu’être normal. 

Quelques minutes avant la partie, l'entraîneur donne quelques directives d'usage tel que rappeler les signaux en offensive. La table est donc mise pour les matchs. 

 

Les parties

Nous avons assisté à deux matchs âprement disputés entre 2 clubs de force sensiblement identiques. Le calibre est de grande qualité pour des jeunes de 16 à 18 ans. Le Bas St-Laurent n’a rien à envier aux autres régions en termes de calibre de joueurs. Même avec quelques absences clés, les Riverains ont été de niveau contre une équipe bien balancée du côté de la Mauricie. On m’a affecté au fameux « pitch count », ce qui aide vraiment à être dans la partie.  J’en ai profité pour étudier les lanceurs et comment était communiquer les signaux au lanceur. Des deux côtés, les tirs sont appelés des entraîneurs en chefs et transmis par le receveur au lanceur. C’est là qu’on voit l’importance du volet stratégique pour les entraîneurs. Dans nos niveaux, j’entrainerai 15U A pour la première fois, nos lanceurs lancent 1, voire 2 lancers ou rarement 3, ce qui nous fait focaliser sur d'autres aspects du jeu.

Lors des premières manches, l’artilleur de la Mauricie lançait des balles assez rapides pour décourager les frappeurs locaux. Au bout de quelques manches, les bleus ont finalement réussi à frapper les balles rapides perdant de plus en plus de vigueur, espérant même revenir de l’arrière, eux qui perdaient par 6 points en fin de 7e manche. 

Entre les 2 matchs, les entraîneurs des Riverains ont insisté sur les petits détails et sur le désir des joueurs en défensive de voir la balle frappée vers eux. 

Le 2e match a été à l'image du premier. Lors des deux matchs les Riverains ont accordé lors d’une seule manche plusieurs points après 2 retraits, les obligeant à jouer du baseball de rattrapage. Et pour un 2e match de suite, les Riverains ont puisé dans leur ressource d’énergie pour revenir de l’arrière et ébranler l’adversaire sans toutefois le faire plier. 

 

Conclusion

J’ai adoré mon stage d'entraîneur d’un jour, cela m’a permis de sortir de ma zone de confort et de voir ce que représente d'entraîner de jeunes adultes. J’ai aussi réalisé qu’en tant qu'entraîneur, nous devons continuer à nous entraîner si on veut être en mesure de bien entraîner nos jeunes. Je parle ici d’être en mesure de bien lancer, pour des pratiques au bâton efficaces, et de bien manier le bâton avec contrôle pour bien stimuler nos joueurs en défensive. Le volet stratégique est aussi quelque chose qu’on doit s’attarder avec beaucoup de soucis afin d’être en mesure de compétitionner dans ce niveau élite. 

Merci encore pour l’opportunité d’un jour,

Laurent Robichaud

 

Sur la photo : L'équipe 17U AAA des Riverains du Bas Saint-Laurent. Troisième à partir de la gauche : Laurent Robichaud, en rouge, entraîneur d'un jour. Également présent sur la photo, Éric Rousseau, entraîneur-chef des Riverains.
 
________________________________________

Pour nous suivre sur les médias sociaux: