Claude Raymond «ébranlé» de recevoir l’Ordre du Canada

 
Revue de presse - Benoît Rioux, Journal de Montréal, 27 juin 2019
 

Le Québécois Claude Raymond était plutôt émotif, jeudi, au moment de commenter sa nomination à titre de membre de l’Ordre du Canada.

«Pour moi, c’est le sommet, a-t-il indiqué, lorsque joint au téléphone à son domicile de Saint-Jean-sur-Richelieu. Disons que le p’tit gars de Saint-Jean, du boulevard Gouin, est pas mal ébranlé.»

L’ancien lanceur reçoit l’Ordre du Canada «pour son rôle de premier plan dans le rayonnement du baseball au Québec, et pour ses décennies d’engagement communautaire», a-t-on précisé par voie de communiqué.

Déjà membre du Temple de la renommée du baseball canadien (depuis 1984), du Temple la renommée du baseball québécois (2000) et du Panthéon des sports canadiens (2005), M. Raymond a aussi un complexe sportif à son nom à Saint-Jean-sur-Richelieu. Pourtant, ce nouvel honneur vient le frapper de plein fouet.

«Jamais je n’aurais pensé que ça pourrait m’arriver, a-t-il formulé. Je suis surpris, étonné, choyé.»

Le Jean Béliveau du baseball

Âgé de 82 ans, Claude Raymond représente un modèle, dont les réalisations dépassent largement le monde du baseball. Nombreux sont ceux qui l’ont déjà comparé au défunt hockeyeur Jean Béliveau, qui a pour sa part été fait officier de l’Ordre du Canada en 1969 avant de recevoir le titre de compagnon en 1998.

«J’ai déjà entendu cette comparaison et c’est tout un compliment, a réagi M. Raymond. Ce sont de grosses chaussures à porter.»

«Je me souviens de ce jour où Jean était venu au tournoi de golf du Fonds Claude-Raymond, a-t-il ensuite raconté, en riant. Après le 13e trou, il pleuvait et je lui avais demandé s’il préférait arrêter. Il m’avait répondu que c’était mon tournoi, mais que nous étions là pour jouer au golf. J’avais été obligé de terminer le parcours avec lui.»

Redonner aux jeunes

Au fil des ans, le Fonds Claude-Raymond, créé en 1971, a amassé près de 2 millions $ pour offrir des bourses à des organismes et des individus de la MRC du Haut-Richelieu. Encore le mois dernier, 76 900 $ étaient distribués. Parmi les lauréats, on comptait notamment la championne paralympique Aurélie Rivard, qui pratique la natation, le joueur de soccer Mathieu Choinière et la jeune joueuse de baseball Alexane Fournier. Les bourses profitent aux sportifs, mais atteignent aussi différents domaines comme les arts et les sciences.

«Il y a plusieurs anciens athlètes qui, après leur retraite, restent chez eux les deux pieds sur la bavette du poêle, a commenté, dans un langage coloré, celui qui a joué pendant 12 saisons dans le baseball majeur, de 1959 à 1971. Dans mon cas, j’essaie simplement de redonner aux jeunes.»

Réussir sa vie

Invité à commenter la nomination de Claude Raymond au sein de l’Ordre du Canada, l’ancien lanceur des Expos Derek Aucoin ne tarit pas d’éloges à son endroit.

«C’est tellement un homme bon, un homme généreux, a indiqué Aucoin. Si tu veux penser à quelqu’un qui a réussi sa vie à tous les niveaux, tu penses à Claude Raymond.»

Avant de raccrocher, monsieur Raymond a tenu à remercier sa femme Rita, tout en saluant ses «deux beaux enfants» et ses «quatre petits-enfants».

«Ma vie est tellement belle!» a-t-il conclu, avec émotion.