L'homme le plus heureux du monde

 

Certains l'appelaient "Joltin Joe", d'autres le surnommaient "The Yankee Clipper’’. Il est Joe DiMaggio à l’infini et son numéro 5 est retiré à jamais chez les Yankees de New York, la plus grande équipe tous sports confondus.

 

À sa première saison dans les majeurs en 1936, à l’âge de 21 ans, il a frappé 29 circuits, 44 doubles, 15 triples et produit 125 points pour une ronflante moyenne de 0.323! Après cette saison les fans des bombardiers du Bronx le voyaient déjà comme le successeur de Babe Ruth qui avait quitté deux ans auparavant.

 

Déjà, il avait la "grosse pomme" dans le creux de sa main. Les enfants rêvent d’être Dimaggio, les hommes l'admirent, les femmes voient en lui un mari parfait, les adolescentes le trouvent aussi beau et glamour que les acteurs d’Hollywood et le président des États-Unis souhaite avoir une aussi bonne moyenne au bâton. Il était de toutes les conversations. L'expression "the talk of the town'' a été inventée pour lui.

En 1941, il a fracassé le record de ce bon vieux Willie Keeler des Orioles de Baltimore qui était de 44 matchs avec au moins un coup sûr et qui datait de 1897. La marque à battre depuis ce jour est de 56! Le fameux record fête son 80e anniversaire cette année. C’est vous dire comment Joe était un joueur spécial qu’on ne voit qu’aux 100 ans. Partout à la grandeur de l'Amérique, on suivait son exploit à travers les journaux.

 

Time magazine a écrit: En a-t-il frappé un aujourd’hui? Le journaliste du Times disait que le seul temps que la radio interrompait ses programmes, c'était pour la guerre et pour la chasse aux records de Dimaggio!

 

Il a joué brillamment ainsi jusqu’en 1942, il avait 27 ans, il était au sommet de son art. Par la suite il a fait son service militaire. Il a donc raté les saisons de 1943,1944 et 1945. Trois saisons en plein dans son apogée.

 

Simon et Garfunkel en parlaient dans leur grande chanson, Mrs. Robinson ’’ Where have you gone, Joe Dimaggio?’’

 

Un jour Joe a dit: "J'ai joué de mon mieux tous les jours. Vous ne savez jamais quand quelqu’un vous voit jouer pour la première fois."

 

Il est revenu au jeu en 1946 comme si de rien n’était. Il a remporté 9 Séries mondiales avec Les Yankees et il était le meilleur joueur de cette formation remplie de Hall of famer. Il était le meilleur parmi les meilleurs. En 13 ans dans les Majeures, il a été 13 fois au match des étoiles. Je pourrais vous parler de ses statistiques pendant des pages et des pages. Elles sont sans fin et spectaculaires.

 

J’ai ciblé l’année 1950 comme l’année où a vécu l'homme le plus heureux du monde, j'en suis persuadé. Cet homme, Joseph Joe Dimaggio, a frappé 32 circuits pour les Yankees, en fin de carrière à l'âge de 35 ans. Il avait aussi 33 doubles, 10 triples et une moyenne de 0.301.

 

Dimaggio faisait 100 000$ par année. Il habitait au cœur de Central park, il était ovationné à chaque présence au bâton et les partisans savaient que la retraite était proche. Le soir, il retournait tranquillement à la maison auprès de sa charmante épouse, l’actrice la plus belle femme de son époque, Marilyn Monroe!

 

Pour écouter l'audio de ce texte, cliquez ICI.

 


 

Pour suivre Le Barbu de ville sur les médias sociaux:

Facebook

Twitter

Instagram

 

Et pour suivre Baseball Québec sur les médias sociaux:

Facebook

Twitter

Instagram

Mot-clic: #RêvezGrand