Une conquête savoureuse pour Abraham Toro et Jonathan Lacroix

 
Revue de presse - Benoît Rioux, Journal de Montréal, 15 novembre 2017
 

Au moment où les Astros de Houston ont remporté la récente Série mondiale, deux Québécois étaient particulièrement attentifs devant leur téléviseur: Abraham Toro et Jonathan Lacroix.

 

«C’était la première fois depuis que les Expos sont partis que je prenais vraiment pour une équipe», a admis Lacroix, qui a été un choix de 12e ronde des Astros lors du plus récent repêchage du baseball majeur.

 

«C’est sûr que c’est spécial de faire partie de l’organisation qui gagne la Série mondiale, a-t-il poursuivi, lorsque rencontré aux assises annuelles de Baseball Québec, le week-end dernier, au Château Mont-Saint-Anne. On voit que l’équipe se développe bien, qu’on a une chance de se rendre plus loin et de peut-être gagner.»

 

À propos de Lacroix, il n’a pas encore été en mesure de faire ses débuts avec les filiales des Astros, lui qui était aux prises avec une blessure à un pied au cours des derniers mois.

 

«J’ai vraiment hâte de commencer pour vrai, a-t-il mentionné. Cette année, j’ai seulement été dans la salle d’entraînement, à West Palm Beach. C’était long de rester là-bas sans jouer. Je vais retourner en Floride, en février, deux semaines avant le camp d’entraînement pour être prêt.»

 

Une motivation

Concernant Toro, repêché au cinquième tour par les Astros en 2016, il a partagé la dernière saison entre les ValleyCats de Tri-City (au niveau A faible) et les River Bandits de Quad Cities (A). Celui qui fêtera ses 21 ans en décembre a notamment conservé une moyenne au bâton de ,292 avec Tri-City. En 69 parties au total, il a réussi 15 circuits pendant l'été.

 

«De voir l’organisation remporter la Série mondiale, c’est une motivation, a pour sa part observé Toro. Il n’y a pas beaucoup d’années, les Astros avaient perdu plus de 100 matchs (NDLR: 111 défaites en 2013). Ça démontre à quel point ils prennent soin des jeunes dans leur système.

 

«Les Astros sont parmi les tops au niveau technologique pour développer leurs joueurs, a-t-il avancé. Pour tout ce qui touche, par exemple, la science de l’élan au bâton. Moi, ça m’a vraiment aidé au cours de la dernière année. Ma priorité, c’était de frapper avec plus de puissance et j’ai quand même réussi. Mais je veux continuer à m’améliorer.»

 

Le jeu de Bregman

À propos des matchs éliminatoires, Abraham Toro les a presque tous visionnés avec son grand frère Douglas. Si la conquête face aux Dodgers de Los Angeles demeure mémorable, le jeune espoir des Astros a aussi savouré la finale de l’Américaine contre les Yankees de New York.

 

«Il y a eu ce jeu d’Alex Bregman. C'était un faible roulant, il a réussi un relais parfait pour retirer le coureur des Yankees au marbre. Le receveur n’a même pas bougé pour toucher le coureur», se souvient Toro, à propos d’un retrait exceptionnel aux dépens de Greg Bird, lors de la cinquième manche du septième et ultime match face aux Yankees, en finale de la Ligue américaine.

 

Toro a particulièrement apprécié. Comme Bregman, il joue régulièrement au troisième coussin. Le Québécois a également été utilisé derrière le marbre au cours de la récente saison.

 

«Moi, je veux juste jouer et performer, peu importe la position», a-t-il dit, quant à son adaptation au poste de receveur.

 

- Avant de se retrouver dans l'organisation des Astros, Abraham Toro et Jonathan Lacroix ont chacun évolué avec les Orioles de Montréal, dans la Ligue de baseball junior élite du Québec.


Pour nous suivre sur les médias sociaux:

Facebook

Twitter

Instagram

Mot-clic: #RêvezGrand #BlueJaysMTL